Bombardier Transport est toujours sur la bonne voie

BT image.jpeg

Le chroniqueur du Toronto Star, David Olive, a publié une chronique biaisée sur Bombardier Transport qui ne représente pas du tout la réalité de notre organisation.

Lee Sander, le nouveau président pour la région des Amériques, a souhaité rétablir les faits et surtout rappeler que Bombardier Transport est un chef de file dans l’industrie ferroviaire.

Voici donc l’intégrale de cette lettre d’opinion publiée dans le Toronto Star le 28 décembre 2018:

« Dans sa chronique du 17 décembre, David Olive du Toronto Star demande si Bombardier "est partie à la dérive" et "se dirige vers la faillite". Ce sont des déclarations très fortes qui ne reflètent pas du tout la réalité de notre entreprise et de notre industrie.

Au contraire, Bombardier est plus forte et plus présente plus que jamais.

Bombardier Transport est une entreprise mondiale qui a un carnet de commandes de 34 milliards de dollars ainsi que des contrats dans 70 pays. Chaque jour, nous transportons en toute sécurité un demi-milliard de personnes à travers le monde. En Amérique du Nord, Bombardier compte plus de 10 000 véhicules ferroviaires en service dans des villes et des aéroports. De plus, neuf des dix aéroports les plus achalandés des États-Unis ont choisi Bombardier pour leurs systèmes automatisés de transport.

Au cours de la dernière semaine uniquement, des contrats d’une valeur de 1,5 milliard de dollars américains ont été attribués à Bombardier Transport et nous sommes en bonne position pour signer un contrat historique avec le New Jersey Transit pour l’achat de véhicules à multiniveaux. En fait, le secteur de la mobilité prévoit des contrats de 40 milliards de dollars en Amérique du Nord au cours des cinq prochaines années. Bombardier, avec son portefeuille complet de solutions, sera bien placée pour remporter une bonne part de ces derniers, malgré la présence d’un concurrent chinois ou d’une potentielle fusion entre deux joueurs de l’industrie.

Néanmoins, Bombardier Transport est extrêmement déçue de la décision de VIA Rail, une société de la Couronne, qui a octroyé un contrat de 1 milliard de dollars à un concurrent étranger. Nous partageons évidemment cette déception avec les 4 600 employés de notre division Transport au Canada, avec leurs familles, et avec nos 500 fournisseurs canadiens.

Nous croyons qu’une politique industrielle devrait être fondée sur une approche à long terme qui soutient nos champions locaux, qui sont innovants, qui utilisent de la haute technologie conçue au Canada, et qui ont des capacités supérieures en matière de génie et de fabrication, afin d’assurer la croissance et la viabilité futures des industries canadiennes.

Nous nous attendons à ce que nos investissements des dernières décennies, l’expertise de nos milliers de travailleurs et notre contribution dans la chaine de valeur et la création de richesse soient reconnus ici, comme ils le sont aux États-Unis, en France, en Allemagne, en Grande-Bretagne et avec nos coentreprises en Chine.

Nous avons parfois connu des retards, comme toutes les entreprises de l’industrie ferroviaire, mais malheureusement ils se sont produits dans notre pays. En Ontario, nous avons reconnu nos difficultés et avons pris des mesures concrètes pour améliorer notre cadence de livraison. Nous y avons investi 20 millions de dollars pour améliorer la situation, notamment en ouvrant une nouvelle chaîne de fabrication à notre usine de Kingston. Les premiers résultats sont très positifs, lors des trois derniers trimestres, nous avons atteint les objectifs fixés par la Toronto Transit Commission (TTC) et avons produit 2,5 fois plus de voitures que l’année dernière.


Ceci représente la véritable nature de Bombardier: offrir des solutions de mobilité sécuritaires, fiables, durables et à temps pour respecter nos engagements envers nos clients.

Elliot G. Sander

Président, Bombardier Transportation, Région des Amériques »

Suivez-nous sur Twitter @Bombardier  ou abonnez-vous à notre liste d’envoi pour obtenir les dernières mises à jour.